• Le mot de la Fondatrice •

 

 

Si je m'intéresse depuis longtemps à la question des droits des non-nationaux, c'est grâce à mon père qui s'est préoccupé de leur sort pendant toute sa vie adulte. On ne le sait que très peu car le nom d'Albert Cohen est avant tout lié à celui de Solal son héros et Ariane la Belle du Seigneur. Et pourtant, en sa qualité de diplomate et de par sa formation de juriste, il a été directeur de la Division de Protection de l'Organisation Internationale pour les Réfugiés (O.I.R) dont le siège est à Genève, dans les années 40 et les suivantes.

Je me souviens surtout des années quarante où nous nous trouvions à Londres comme réfugiés. J'allais avoir vingt ans et commençais à me rendre compte qu'il fallait, comme mon père le faisait, venir au secours des réfugiés et des apatrides qui, dans tous les pays, souffraient de leur situation d'exclus.

Depuis trente ans, je m'attache à aider personnellement des inconnus devenus aujourd'hui  des amis. Il semble que j'aie attendu un peu trop longtemps pour faire quelque chose de concret dans ce domaine, mais je ne pensais pas qu'il était possible d'apporter des réponses plus pérennes ! En effet, ce n'est que tout récemment que l'idée d'une fondation m'est venue. Et cela grâce à des échanges avec Max Mamou, avocat et ami de longue date. C'est grâce à lui qu'en 1995 puis 2005, des aspects moins connus de l'oeuvre de mon père ont pu être portés à la connaissance de nouveaux publics et notamment en milieu scolaire dans le cadre de l'association française A vous, frères humains. A ma demande, il assume la lourde tâche de Président de notre Fondation.

Cette Fondation a pour nom « Mémoire Albert Cohen ».  Elle a été dotée grâce aux revenus des droits sur l'oeuvre littéraire de mon père. Je crois pouvoir affirmer que mon père serait très heureux de notre initiative, lui qui aimait à dire que, parmi ses écrits,  celui dont il était le plus fier était son « titre de voyage pour les réfugiés ('displaced persons', à l'époque)».

La Fondation a son siège en Suisse et son bureau exécutif est à Paris. Sa vocation est néanmoins européenne. Ses activités se mettent en place depuis quelques semaines. Nous sommes pleins d'espoir, de confiance, et de joie d'avoir pu mettre enfin au jour cette Fondation, le 6 février 2008 à Genève. 

 

Myriam Champigny-Cohen

 

 

 

 

 

 

• Présentation de la Fondation

 

 

La fondation a pour but :

 

-      La défense et la protection des droits des étrangers se trouvant sur les territoires de la Suisse et des pays de l'Union Européenne, dans le respect de la Convention Européenne des Droits de l'Homme et des Protocoles Additionnels n° 1, 2, 4 et 7.

-      Le soutien aux associations et organisations non-gouvernementales de défense des droits des étrangers tant en Suisse, que dans les pays de l'Union Européenne et la recherche de documentation sur la situation des droits de l'homme dans les pays dont lesdits étrangers sont originaires.

-      La création et l'attribution d'un prix littéraire ou artistique à des oeuvres et/ou artistes s'étant distingués par leurs actions ou leurs créations en faveur de l'amélioration et la valorisation du statut des étrangers dans nos sociétés.

-      La diffusion de l'oeuvre d'Albert Cohen en tant qu'écrivain et fonctionnaire international en toute langue et par tout moyen d'expression, ainsi que la constitution d'une banque de données sur sa vie et ses oeuvres pour être mise à la disposition des chercheurs, et la défense du droit moral sur ladite oeuvre ;

 

Les Fondateurs :

 

Myriam Champigny Cohen réside en Suisse. Enfant unique d'Albert Cohen, elle est l'auteur du Livre de mon père (Actes Sud). Engagée de longue date pour la défense des droits des plus faibles, elle fonde et dote la Fondation en mettant à sa disposition les droits d'auteur hérités de son père.

Gérard Valbert  réside en Suisse. Il est écrivain, journaliste et critique littéraire. Ami d'Albert Cohen, il lui a consacré plusieurs biographies devenues des références Albert Cohen, le Seigneur et Albert Cohen le Pouvoir de vie (Grasset). Dernier ouvrage paru : Conversations avec Albert Cohen  (L'Âge d'homme, 2008)

Max Mamou réside en France. Ancien élève de l'Ecole Nationale d'Administration, avocat depuis 1992, actuellement inscrit au Barreau de Paris. Il a été successivement Conseiller juridique du Mouvement de Lutte contre la Corruption et du Conseil pour la Protection de l'Enfance. puis Directeur de l'Institut de formation des magistrats en charge du développement des programmes de coopération entre le Parquet et les ONG. Organisateur des « Journées Albert Cohen » (1995) et du Festival « Marseille célèbre Albert Cohen » (2005), il préside depuis 2004 l'Association « A vous Frères Humains » qui promeut des valeurs de respect de la différence au moyen de la littérature en milieu scolaire.

 

Les Membres du Bureau (ordre alphabétique):

 

Lionel Aracil (Fr); Benjamin Cohen (Fr); Sylvie Moulet (Fr); Bénédicte Ravache - Da Cruz (Fr); Raphaël Sorin (Fr)

 

Les Sympathisants (ordre alphabétique):

 

Atelier Albert Cohen (Fr); Nathalie Amsellem-Kelman (Fr) ; Stéphane Bésuchet (CH); Lorenz Ehrler (CH);  Céline Giraud (Fr); Eléonore Lette (CH);  Mohamed Nemmiche (Fr);  Xavier Vidal (Be).

 

 

 

 

 

 

 

 

• Les missions de la Fondation •

 

 

« ... La démarche suivie par notre Cour : garantir des droits, non pas théoriques et illusoires, mais effectifs et concrets [aux étrangers] (NDLR)... Le[ur]s droits fondamentaux sont souvent menacés ou violés. L'intolérance à leur égard conduit à des discriminations dans de nombreux domaines de la vie publique et privée.

Très souvent, le simple fait pour eux de revendiquer leurs droits leur paraît déjà un obstacle insurmontable. Aussi, parcourir le long chemin vers la reconnaissance de ces droits, lorsqu'ils ont été méconnus par les autorités nationales, se conçoit difficilement sans une assistance juridique appropriée... »

Jean-Paul Costa,

Président de la Cour Européenne des Droits de l'Homme  Discours d'ouverture du séminaire à destination des avocats défendant les droits des personnes, Strasbourg, 28 avril 2008

 

 Agir pour faire respecter l'Etat de droit au profit des non-nationaux

 

  1. Présenter des recours aux niveaux nationaux et supranationaux dans les cas où l'application du droit aux non nationaux semble avoir été discriminatoire.
  2. Faciliter le regroupement d'actions en recours
  3. Diffuser, là où elle est nécessaire, la jurisprudence récente ayant permis de faire progresser l'Etat de droit
  4. Recueillir et faire connaître les décisions et les bonnes pratiques des administrations dans la reconnaissance des droits des non nationaux.
  5. Mettre à la disposition des ONG :
    1. l'expertise juridique de la Fondation et de ses avocats permanents et bénévoles dans le traitement de dossiers à fort enjeu pour le respect et le renforcement de l'Etat de droit
    2. les outils et processus de structuration de leur activité juridique afin de permettre un traitement efficace et rapide des dossiers à enjeu majeur pour le respect des droits des non nationaux 

 

 Agir pour connaître et faire connaître les enjeux de l'Etat de droit

  1. Développer une stratégie propre sur les moyens à mettre en oeuvre pour un renforcement de l'Etat de droit
  2. Faire mieux connaître Albert Cohen « fonctionnaire international» grâce à des publications sur tous types de supports
  3. Elaborer et diffuser des programmes pédagogiques sur l'Etat de droit à destination de tous publics notamment les plus jeunes

 

Agir pour encourager les productions littéraires ou artistiques interrogeant la figure de l'Etranger et lui apportant  un nouvel éclairage 

 

-            Annuellement, le Prix de la Fondation, doté de 50 000 CHF, récompensera une oeuvre  interrogeant la figure de l'étranger et lui apportant un nouvel éclairage. La moitié de cette dotation reviendra à une organisation à but désintéressé oeuvrant pour le respect des droits des non-nationaux en France et/ou en Suisse.

 

 

 

 

 

• Les axes d'intervention •

 

Collaborer avec les ONG 

Collaborer de manière ponctuelle ou durable avec les ONG françaises et suisses pour apporter une expertise supplémentaires dans les  dossiers grâce auxquels il sera possible de faire progresser le respect de l'Etat de droit au profit des non nationaux

 Participer à  la recherche sur l'Etat de droit au regard des pratiques étatiques

Créer un e-observatoire de l'Etat de droit sur les pratiques étatiques à l'égard des non-nationaux. L'e-observatoire sera alimenté par des contributions libres de chercheurs, praticiens et politiques. Elles seront publiées et feront l'objet d'un rapport de synthèse. Un rapport sera remis périodiquement aux responsables politiques français et suisses.

Constituer un réseau d'avocats pro bono 

Constituer un réseau d'avocats pro bono  pour assurer la représentation et l'assistance des non nationaux devant les tribunaux français suisses et transnationaux dans les dossiers à fort enjeu pour l'Etat de droit.

Nouer des partenariats avec les pouvoirs publics et l'éducation nationale 

Nouer des partenariats avec les pouvoirs publics et l'éducation nationale pour favoriser la réalisation de programmes éducatifs et de campagnes de sensibilisation sur l'Etat de droit,  en direction des jeunes et du grand public

Créer et décerner le Prix de la Fondation Mémoire Albert Cohen

Décerner le Prix de la Fondation Mémoire Albert Cohen à une oeuvre littéraire ou artistique qui interroge la figure de l'Etranger et lui apporte un nouvel éclairage

 

 

 

 

 

 

 

 

• Extraits des statuts de la Fondation

 

NOM, SIEGE, BUT ET FORTUNE DE LA FONDATION

 

Art. 1     Nom et siège

La fondation, dont le nom est « Fondation Mémoire Albert Cohen » et dont le siège se trouve à Genève est constituée par le présent acte conformément aux articles 80ss. du Code civil suisse. Tout transfert du siège en un autre lieu de Suisse requiert l'approbation préalable de l'autorité de surveillance.

Art. 2     But

La fondation a pour but :

-      La diffusion de l'oeuvre d'Albert Cohen en tant qu'écrivain et fonctionnaire international en toute langue et par tout moyen d'expression, ainsi que la constitution d'une banque de données sur sa vie et ses oeuvres pour être mise à la disposition des chercheurs, et la défense du droit moral sur ladite oeuvre ;

-      La création et l'attribution d'un prix littéraire ou artistique à des oeuvres et/ou artistes s'étant distingués par leurs actions ou leurs créations en faveur de l'amélioration et la valorisation du statut des étrangers dans nos sociétés.

-      La défense et la protection des droits des étrangers se trouvant sur les territoires de la Suisse et des pays de l'Union Européenne, dans le respect de la Convention Européenne des Droits de l'Homme et des Protocoles Additionnels n° 1, 2, 4 et 7.

-      Le soutien aux associations et organisations non-gouvernementales de défense des droits des étrangers tant en Suisse, que dans les pays de l'Union Européenne et la recherche de documentation sur la situation des droits de l'homme dans les pays dont lesdits étrangers sont originaires.

Art. 3     Fortune

La fondatrice, Mme Myriam Champigny Cohen, attribue à la fondation le capital initial de CHF 50'000.00 en espèces.

Le capital peut être augmenté en tout temps par d'autres attributions de la fondatrice elle-même ou d'autres personnes. Le Conseil de fondation s'emploie à augmenter la fortune de la fondation grâce à des attributions privées ou publiques.

La fortune de la fondation doit être administrée en vertu des principes commerciaux reconnus. Le risque doit être réparti. Ce faisant, la fortune ne doit pas être mise en péril par des spéculations. Elle ne doit pas pour autant être administrée de manière trop réservée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 • Statuts de l'association de droit français ayant préfiguré la Fondation à partir de 2004 •

 

« À vous, frères humains »

Association déclarée soumise au régime de la loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901 enregistrée le 20 juillet 2004 à la Préfecture des Bouches-du-Rhône.

 

Extraits de ses statuts :

 

Cette association a pour objet de :

  1. faire découvrir l'oeuvre littéraire et l'action de l'écrivain Albert Cohen (1895-1981) à tous publics en général et, plus spécialement, à des publics d'enfants et d'adolescents.
  2. Faire découvrir ou mieux connaître, parmi les publics susvisés, des oeuvres littéraires ou artistiques, des récits ou des témoignages, favorisant l'apprentissage des principes de respect et de reconnaissance, en particulier des individus ou des groupes d'individus victimes d'exclusion et de rejet.
  3. Cet objet sera réalisé notamment grâce aux actions suivantes :
    1. la conception et la réalisation d'ateliers et de concours dans les écoles, collèges, lycées et classes préparatoires et d'autres structures d'éducation et de vie associative,
    2. La conception et la tenue de colloques, conférences, expositions, projections des documents audiovisuels, lectures publiques,
    3. la conception et le développement d'ingénieries et de supports pédagogiques pour les professionnels dans le champ de l'éducation formelle et informelle,
    4. la publication notamment d'ouvrages, de revues, de journaux, d'articles, de brochures,
    5. la création de sites internet et de réalisations multimédia,
    6. la participation à toute action susceptible de contribuer à la poursuite de l'objet de l'association,
    7. tout autre moyen permettant la promotion de la connaissance et de l'apprentissage visés plus haut, que ce soit en France ou hors de France.f
retour
Fondation Mémoire Albert Cohen © 2008 | Powered by : mDev | Hébergement : Bluehosting